05 – FAIRE AMI-AMI AVEC LA PLANÈTE, EST-CE SI DIFFICILE ?

LA GRANDE QUESTION…, QUE PEU VEULENT SE POSER…, QUELLES ÉNERGIES PRÉDOMINENT SUR TERRE ?

CELLES DE CONSCIENCE MIEUX ORIENTÉE, AVANT CELLES MATÉRIELLES ?

La réponse est OUI, OUI, OUI !!!

Dès lors, la présence de la conscience humaine se justifie-telle en si grande quantité ?

Si vous acceptez de tester que vos énergies de conscience mieux ciblées peuvent changer les énergies jusque là invisibles et même faire venir la pluie, vous êtes dans la bonne direction et utiles sur Terre.

Mais…, il n’est pas sûr que beaucoup vous regardent d’un bon œil, car eux préfèrent le soleil qui brûle la peau (et les paysages) même si c’est pour aboutir à des désertifications massives…, là où ils ne viendront qu’en touristes et n’habiteront jamais…!§!

Les mal bougés à vie voudraient que tout change autour d’eux, mais sans à avoir à bouger, et surtout pas de s’impliquer directement sur le terrain ! Tel est le constat résultant assez déplorable de l’utilisation abusive des énergies fossiles !§!

Mais combien d’humains se préparent-ils à l’après pétrole, et / ou enseignent-ils par l’exemple sain et actif une meilleure façon de faire à leurs enfants ?

Déjà de leur faire savoir qu’ils peuvent aisément FAIRE VENIR LES PLUIES NÉCESSAIRES en LE CHANTANT !

Les ‘LET-ON’ (de Lettonie) ont bien eu le courage de chanter en masse des chansons populaires face aux forces soviétiques (eux du genre peau-pue-l’erre), et de les faire fuir en masse pour obtenir leur indépendance.

Si vous bougez SAINS, CALMES, vus en SÉCURITÉ…, du fait que vous êtes placés de facto dans les énergies quantiques planétaires bienveillantes (si à ne pas le voir mal…!), votre sécurité est assurée, vous n’attirerez aucun ennui à vous en provenance des mal bougés, qui vous éviteront.

Mais, les SAINS, de plus en plus rares, auront tout intérêt à se dire invisibles, discrets, effacés aux yeux des autres (qui alors les ignoreront par la loi quantique de cause à effet).

C’est FAIRE ‘ÂME-MIS’ / ‘ÂME-MIS’ avec les Énergies bienfaisantes d’EN-SEMBLE de préférence cachés par des quantités d’arbres à perte de vue, comme en une simili forêt vierge !

01 – L’AVENIR DES MONDES : SORTIR DES FILTRES DES FAUSSES CROYANCES TENACES ?

La « réalité » supposée « valable pour toujours » reflète trop de pré-supposés reconduits « ad vitam æternam », tels quels…, comme s’ils ne devaient pas évoluer du tout… Même ardemment prétendus « nécessaires » par ceux qui détiennent le pouvoir, et « rassurants » par ceux qui ne veulent pas se laisser guider par leur sagesse d’âme (elle interactive), vers mieux encore !

Face à une technologie de l’information très poussée, plus qu’attendue, nos structures mentales et celles trop figées sont « à la peine » (sans jeux de maux d’avec le populisme style Le Pen…, qui gratte et tousse sur le ‘PAS-PAIX-Y-EST’ !).

Les filtres de croyances du mental sont tous hypnotiques (il suffit de voir combien l’hypnose réussit pour ceux qui se laissent faire, sans définir d’abord le registre de liberté d’être et de volonté qu’il désirent s’octroyer. Dès lors, croire aux MES-DITSCA-MENT qui ne donnent rien de valable, devient un jeu d’enfant (devenus adulte ‘cons-pris’ !).

L’esprit, quantique en Soi, multidimensionnel et invisible pour ceux pas assez calmes, a cette faculté précise de tout retourner littéralement. Aussi, lorsque nous sommes trop inquiets ou excités, trop souvent stressés, il peut s’en résulter des impressions auriques en nos énergies dures et lourdes à effacer si croyant devoir les « subir à vie » (L’exposition trop prolongée au stress aurait un lien  avec certains cancers : https://www.eurekalert.org/pub_releases_ml/2017-01/indl-t011717.php).

Il nous faut donc entièrement changer de « modèle » de société, tant le nôtre, stressant et débile court droit à sa perte, à toutes les dérives…, vite fait : surpopulations, pollutions, dégénérescences de races, disparitions des diversités indispensables (et ‘jantes passent’).

Le défi est simple : lâcher tous nos filtres de croyances durs, à arrêts sur image (pensant que le passé avait été mieux, même pieux…). Il suffit de voir le résultat qui en a suivi dès l’invention des bombardiers lors des deux dernières guerres mondiales !§!

L’envie de s’opposer et de se taper sur la gueule a-t-elle cessée ? Si peu !

L’évolution des mondes serait l’inverse de cela : https://nouvelelvis.wordpress.com/filtres-de-croyances/

LE FUTUR EST FAIT UNIQUEMENT DE CHOIX !

Il est fait de potentiels innombrables sélectionnés et retenus comme réels, comme valables ! C’est simple à utiliser largement, sans les restrictions de toute part que chacun y met (souvent de peur de se tromper…).

La Sagesse interne de notre âme, sagesse infinie déjà là  (nous laissant tout le libre arbitre expérimental singulier nécessaire) est là pour veiller au grain…, à condition de la dire active, et même pourquoi pas, interactive et littérale, l’inverse de floue et suscitant des doutes.

Encore et toujours une affaire de choix précis et larges faire ! Ce qui est le plus simple, puisque dès lors chacun(e) devient créateur(/trice) de son Chemin de Vie à part entière ! –

02 – REVENU INTERNATIONAL DE BASE, ANTI-CRISE, DÉLIVRÉ à TOUS LES RURAUX… BIEN BOUGÉS, PAR L’ONU !

Une autre vision individuelle responsable et harmonieuse de la réalité est constamment nécessaire.

C’est ce que prouvent beaucoup de channelings très réalistes et même scientifiques en provenances des hautes sphères cosmiques, et en particulier celles-ci :
http://kryeon.forumactif.com/t219-kryeon-le-champ-partie-un-3-juillet-2016
http://kryeon.forumactif.com/t222-kryeon-le-champ-partie-deux-7-aout-2016

Nous avons donc de grands changements plus NATURELS et SAINS à recréer, sans débat interminable creux et opposables comme le veulent trop d’élus mondiaux et locaux, plus en quête de leurs bulles de faux pouvoir égotique, que de chercher à régler les problèmes locaux et mondiaux.

IRRESPONSABILITÉ ONUSIENNE

Du fait simplement de son manque d’indépendance financière, l’ONU est frappée d’un virus schizophrénique bizarre, celui de l’irresponsabilité des représentants de ses états membres, plus préoccupés de l’intérêt irresponsable de leurs pays, que de leur indépendance effective et de l’intérêt commun mondial…!

L’énorme paradoxe de cette situation est uniquement lié à l’absence de BANQUE ONUSIENNE qui puisse battre monnaie indépendante des autres monnaies en vigueur !

C’est en cela qu’on peut parler d’irresponsabilité onusienne, car cet état de fait est le contre-exemple même de la pire des structures improductives organisationnelles qui n’ait jamais existé… Aucun autre organisme mondial n’a un tel empêchement à correctement fonctionner ! AUCUN !

Le comble est que cela déteint sur toute la diplomatie mondiale qui adopte le même comportement paranoïaque délirant. Notre monde n’est pas gouverné !§!

L’ONU devra rapidement prendre d’elle-même la responsabilité de créer sa monnaie, car sinon elle court à sa perte de crédibilité définitive, et le monde entier partira une fois de trop à veau l’eau, en déroute, comme il le fit pour les deux dernières guerres mondiales (sauf que, alors, sans risque d’anéantissement nucléaire…!).

Il n’y a pas d’autre solution, pas d’autre échappatoire !

—————

CELA MARCHE à L’ÉCHELLE LOCALE, ET DONC, DEVRAIT NOUS SAUVER LA MISE AU NIVEAU MONDIAL !

  • http://www.lemonde.fr/chronique-des-communs/article/2017/01/31/les-monnaies-locales-leviers-de-la-transition-ecologique_5072101_5049504.html
  • « GIVE DIRECTLY », une association bénévole américaine, est arrivée à monter un tel projet de financement raisonné au Kenya, grâce à une initiative personnelle d’anciens de Harvard… Mais de donner seulement 1100 euros en trois fois à des pauvres ne résout rien à long terme…!
  • Il faut une action internationale durable, ne poussant pas les locaux à mal « finir » en ville.
  • Alors, les plus grosses entreprises de la silicone Valley ont choisi de faire autrement, d’aider sur 12 ans des villages entiers avec une somme versée individuellement de 12 euros / mois ! (Reportage d’Arte)

Cette expérience ponctuelle au KENYA démontre que les locaux qui ont des possibilités d’emploi refusent d’être assistés…, et même certains pauvres de révèlent récalcitrants face à une telle aide inconditionnelle, tellement peu habitués par cette idée ! Du côté des plus pauvres, l’argent est le bienvenu, mais les aider pour le paysagisme arboré durable en les éduquant à retenir et absorber l’eau « en trop » ponctuellement, serait le mieux.

Car, en Afrique comme ailleurs…, les déserts seront certainement plus arrosés par des orages violents (http://www.insu.cnrs.fr/node/6437) et nécessiteront donc des mesures paysagistes  élargies à plusieurs pays pour réduire les crues (dévastatrices en terme d’érosion de l’humus de surface)  et les sécheresses consécutives, tout en donnant aux paysans de réels moyens pour lutter contre les moustiques et autres parasites… Mais, avec l’obligation pour eux de réduire leurs surpopulations galopantes !

MAROC VERT

Si cela fonctionne déjà au Maroc malgré le chômage urbain et sans cette monnaie mondiale, tous les autres pays arides le peuvent également, question d’organisation (https://www.youtube.com/watch?v=PlACg7bWPhY)

UN AUTRE PROJET SIMILAIRE FAIT SON APPARITION, DÉNOMMÉ « CROCUS »

Il cherche à définir une monnaie mondiale écologique sur l’énumération de quantité de biodiversité disponible, un peu comme celui de comptabilisation des consommations / échange de crédit d’absorption « carbone ». Nous confirmant que toute monnaie est question de conventions acceptées puis établies, et donc, que nous avons le choix de créer celle qui nous convient le mieux pour un avenir équilibré et durable ! Sans les excès spéculatifs insensés des bourses mondiales actuelles !

(Twitter @HELENE_NIVOIX ‏ ).

LA NÉCESSITÉ DE COMPTABILISER LA NATURE ENTRE L’ÉTAT ACTUEL  ET CELUI REDEVENU IDÉAL !

Nous disposons d’outils très performants pour mesurer spatialement et comparer dans le temps les différences d’humidité (et donc de végétation suffisamment productrice de celle-ci) via les satellites, tel que celui du CNES (https://smos.cnes.fr/fr).

Cela semble plus facile et plus analysable aisément que de chercher à évaluer les variétés de végétations, elles innombrables et changeantes suivant les saisons, pour fixer des revenus locaux nécessaires.

Comme tout travail sain vis à vis de la nature, surtout ceux pénibles physiquement, mérite salaire (et plus que tout autre…, car hautement bénéfique pour nos santés et pour les systèmes sociaux de plus en plus coûteux !), il deviendra impératif d’énumérer, de comptabiliser les difficultés présentes sur les terrains arides afin d’évaluer les quantités de travail à y fournir, autant que les moyens humains matériels et mécaniques nécessaires.

Le but final étant le redressement paysagiste et thermique promu sur https://greenjillaroo.wordpress.com et sur https://agroforesteriejardin.wordpress.com.

Des critères précis sont déjà explicités pour toute transformation de matériaux en produits finis vers plus de valeur ajoutée, comme en toute activité commerciale…

LA NATURE NE PEUT EN ÊTRE ABSTRAITE ! Elle a un énorme rôle de survie du VIVANT et de l’humanité toute entière !§!

Ce rôle essentiel (notre corps est fait à 70% d’eau !) est trop souvent considéré comme « acquis », comme « allant de soi », à tort… ! Car le vivant est une couche fragile et peu épaisse des sols, de la biosphère, étroitement intriqué avec les échanges rapides de l’air et l’eau qui mérite tous nos soins et toute notre attention !

Un exemple de nos attitudes coutumières et traditions crues « innocentes » est l’habitude prise de débarrasser les fossés des bords de route de leurs herbes « envahissantes », avec le prétexte de les rendre lisses pour évacuer plus vite « l’eau prétendue en excès » ! Mais, cette vitesse d’écoulement dépassant les 100 fois celle d’absorption dans le sol (tout en emportant l’humus, si long à reconstituer) ! Il ne faut pas s’étonner d’avoir dès lors plein de crues et de sécheresses coûteuses en résultant au pire !

Dans l’hypothèse d’évaluation des paysages entre un état aride / désertifié, par rapport à l’élaboration d’Agroforesterie Paysagiste Retenue (que je sais thermiquement efficace), les critères peuvent être classés en différentes catégories :

– nature du sol à travailler (sable, terre meuble, cailloux, rocailles, rochers (à transformer en poussière seule à faire de l’humus…),

– état d’humidité de l’air en situations extrêmes (entre situations initiale et finale),

– risques de vents secs brûlant les végétaux liés à la topographie du terrain et à la situation globale environnante,

– type de plantations d’arbres et de cultures possibles (au départ, puis une fois le micro-climat local établi),

– travaux de remblaiement et de « talutage » (avec leur répartition en surface et suivant les pentes),

– travaux de terrassement et d’irrigation nécessaires, proximité de sources et de cours d’eau…

…, etc !

En conditions désertiques, pour que des replantations d’arbres et de couvertures végétales basses soient possibles…, c’est loin d’être évident, même quand il y a de l’eau en suffisance (source)…! L’évaporation, l’assèchement y est trop fort, trop rapide (sans parler des prédateurs qui mangent tout brin d’herbe ou plant d’arbre à feuilles tendres…).

En Tunisie, un reportage citait l’exemple d’un jardin avec source, clôturé de murs pour arrêter le vent sec du désert…, qui avait réussi d’abord en plantant des palmiers dattiers, puis ensuite au dessous des arbustes couvrant d’ombre diffuse les plantations potagères, elles-mêmes alors seulement à pouvoir tenir sans dessèchement ni trop d’arrosage…!

Au Maroc, à l’Est en un creux désertique étendu au sud d’Oujda, avec de l’eau affleurante à la saison des pluies, des courageux planteurs d’arbres ont réussi à faire de l’arboriculture (je n’ai plus leur coordonnées).

Dans le Gard, la bambouseraie Parafrance (près d’Alès) a réussi la plantation de bambous de toutes tailles dans un vallon, alors que cette région est très sèche l’été (mais à orages parfois violents l’hiver).

Les oasis ont à lutter contre l’avancée des dunes de sable, et ce n’est pas une mince affaire…!

Par contre, s’ils sont avec talus en vallons de rivière (comme l’oued Draa au Maroc, il y a possibilité d’avoir de l’eau sur deux à trois mois… (avec des crues conséquentes et d’énormes pertes d’humus…, si rien n’est retenus en terrasses étagées à talus arborés comme proposé (voir mes dessins techniques sur https://greenjillaroo.wordpress.com) !

La plantation d’acacias pour traverser le Sahara en bande verte de 15 km de large, à partir du Kenya au niveau du Sahel (zone subtropicale très peu arrosée en saison des pluies) semble réussir (bien que sans talus pour bloquer sur lace l’air humide…!).

Un chef de tribu Somalien avait réussi à replanter des arbrisseaux épineux à fruits, rien qu’en les mettant en godets de plastique avec un peu d’eau, puis l’arbuste par son feuillage alors capable de garder le sable humide au pied.

En une autre endroit montagnard très sec de Somalie, une tribu (conduite par un sage) a su conserver plein de gros vieux arbres bas genre « parasol » couvrant d’ombre ses terres cultivables, elles même étroitement entourées de talus, les arbres plantés tous les 5 à 8 m.

D’autre part, malheureusement, il sera très difficile de susciter à nouveau le travail manuel et des champs sans valorisation technique, tant l’humanité actuelle, les jeunes se font des illusions sur la sécurité attractive des villes et de la technologie, l’emploi n’y étant plus suffisant (sauf pour tenter d’y faire le clown…), véritable miroir aux alouettes non durable ni sain…!§!

De telles évaluations locales et plus globales précises devront être faites afin de permettre une équité totale pour la réfection de déforestation et de désertification.

A mon sens, une idée de revenu de base mondial ne peut être envisagée que sur la gestion étroite des populations, via les obligations :

INITIATIVES ou IDEES SIMILAIRES :

03 – POURQUOI DEVOIR CONCILIER LA RIGUEUR MATHÉMATIQUE ET INFORMATIQUE AVEC LA PRATIQUE MÉTAPHYSIQUE APPLIQUÉE DE LA CONSCIENCE DIRIGÉE ?

Durant mes pérégrinations souvent difficiles dans la science des mathématiques et la nécessité de me former de manière autodidacte en langages informatiques et pratique des algorithmes, j’ai du souvent lever mes doutes de ne pas pouvoir y arriver, assez fâché au départ avec les nombres et le calcul mental.

Cependant, cela me conduisit à reconnaître la rigueur de toutes choses, et, comme jeune j’avais réussi à revenir d’une « sortie de corps »(NDE) rien qu’en donnant de la compassion à mon corps d’enfant étendu en dessous de moi (sans aucune apparition lumineuse ni aide autre), une certaine confiance en la vie me fût ainsi acquise, que d’autres qui n’ont pas vécu cela ont parfois du mal à se forger et à maintenir.

Puis, je lisais, via les transmissions d’un médium canalisant l’archange magnétique Kryeon que : science et conscience ne peuvent être considérées séparables. Ouf !

Bien des philosophes à l’esprit torturé, se faisant des nœuds pour rien, en prenaient là plein les gencives et les neurones  !!!

De mon côté expérimental de la pleine conscience, face à mon stress professionnel et mes ennuis de santé, je m’appliquais de plus en plus à  me maîtriser, d’examiner de manière accrue les effets de ma conscience précise (mes pensées voulues littérales et sûres) tout en travaillant sur une vision du monde déjà parfaite (la vision pas le monde, hélas !), y compris au sujet des énergies magnétiques de la planète et du soleil me traversant. Et, ce travail de longue haleine fit son effet, de manière douce et progressive, mes maux coutumiers s’effaçant de plus en plus, quleques fois par sauts quantiques prétendus miraculeux !!!

Démystifions là le parcours prétendu « unique » de Jésus il y a 2000 ans, puisqu’il avertit ce monde d’une manière pourtant suffisamment claire :  JE suis le « fils » de dieu (si vous déroulez la pelote de l’haine…). Je suis « Dits-eus »…. Ce que je suis, vous l’êtes également. Il sera fait SELON ta foi d’être… Apaise toi et sache que le JE SUIS crée… » D’où le crée-tiens qui tiens…, si tu ne doutes pas tant de toi… Lâche donc tes « mal-à-dits »… etc ! A nous tous de dérouler le fil de clarté que l’on se choisit d’expérimenter mieux qu’avec ce que l’on nous tendit d’imparable jusque là !!!

Je ne saurais trop recommander aux professeurs du primaire et du secondaire, qui lisent cela, de l’intégrer au mieux dans leurs cours, afin que notre société se sorte enfin une bonne fois des contes et « traditions » » vendues définitives…, mais à dormir debout !!!

Il est plus que temps que chaque enfant en ce monde se sache parfaitement responsable (éternellement, d’une incarnation à l’autre) et capable de gérer chacune de ses pensées.Alors, comme moi, il se le rappellera la vie suivante dès sa naissance, et n’écoutera pas tant les croyances douteuses héritées du « passe-sait »…

Il en va de l’avenir de l’humanité, de la manière dont nous gérons la planète et nous gérons nous-même !!!

S’il y a bien une gestion très précise des forces universelles (de gravitation et atomique), pourquoi nos pensées créatrices ne relèveraient pas de la même rigueur ?

J’ai vécu deux fois de courtes lévitations qui me démontrèrent que la pensée dirigée agissait par sauts quantiques… dès lors que ma croyance se libérait, que mon but était d’augmenter, d’élargir ma compréhension universelle et ma maîtrise sage en moi.

Depuis, j’ai réalisé en mon corps, sur 70 ans, que l’on peut même renforcer par choix la force lumineuse des cellules et de l’ADN en s’alignant vers le haut, via la glande pinéale, au Tout universel « UN », vu très cohérent en CE QUI EST…

Vous verrez dans le lien ci-dessous que la PHYSIQUE DE LA CONSCIENCE existerait bien en termes mathématiques quantiques et expliquerait les « miracles » cohérents, épris de sagesse…, en attente de libération de ses doutes et souffrances passées (soi-disant « inévitables »)…

http://kryeon.forumactif.com/t165-kryeon-la-physique-de-la-conscience-la-revelation-du

Nous avons, en tant que civilisation, un beau parcours continuellement évolutif à faire ! Ne le ratons et le gâchons pas avec des retours négatifs vers le passé (faits pour s’effacer tant qu’on le souhaite…). Travaillons plus souvent nos calmes intérieurs relâchés sur des prises de conscience que tout changement bénéfique est possible et dépend de l’ouverture de conscience graduelle en chacun(e) de nous.

04 – QUE VAUT DONC LA VIE HUMAINE ? LA VIE SAINE ET PAISIBLE… NÉGLIGEABLE ?